Attila culinaire

Les garçons sont en pleine forme et sont littéralement ravis de notre nouvelle maison.
Du coup, Tristan qui parle beaucoup et a le sens de la formule est encore plus loquace que d’habitude.

Ce midi, alors que nous déjeunions, Tristan commence à chipoter dans sa salade car il y avait quelques morceaux d’un vert plus foncé ((c’était du Kale, en polonais jarmuż… Et je ne sais pas comment on dit en français et NON ce n’est pas du chou frisé comme le dit le traducteur car le chou frisé n’est pas du Kale! Le Kale est une espèce particulière de chou frisé qui n’a pas de nom spécifique en français )) . Je dis alors : »ce truc là, tu le manges, c’est un alicament« .
Tristan : « gné ?? »
Moi : « c’est un aliment tellement bon pour la santé qu’il te soigne! »
Les garçons se lancent alors dans grand débat sur tous les aliments que maman connait et qui soignent.

Et pour conclure, Tristan déclare d’un air dramatique : « Là où Maman passe, le junk food trépasse ».
Marco et Baptiste ont piqué un gros fou rire !

 

 

6 réflexions sur « Attila culinaire »

    • Ben à Paris, ils sont plus modernes qu’en Province!
      J’en ai cherché tout l’été en vain …Dans un marché BIO, on m’a même répondu que ça n’existait pas en France et que c’était réservé aux stars de hollywood; j’ai frôlé le fou-rire jaune!
      « Chou Kale »… non mais sérieusement, on pourrait faire un effort sur la traduction !
      Bises
      Ps : il me reste 2 cartons mais je ne peux pas les vider tant que je n’ai pas une étagère accrochée !

      • Finalement, le kale est parvenu jusqu’à la banlieue parisienne, dans mon biocoop. Il est aussi appelé CHOUX KALE…
        A mon avis, celles qu’il en demande doivent être des adeptes de Jason, d’où à mon avis l’appellation CHOUX KALE.

  1. Et voilà, c’est la fin du « régime quasi végétarien » pour mes hommes. Depuis que nous vivions en Pologne, la viande était tellement dégoutante que les gars m’avaient dit que c’était inutile d’en acheter. De temps en temps, Marco achetait un morceau de boeuf et faisait lui même des steaks hachés.

    J’aurais pu traverser la ville pour aller chez un bon boucher mais je me suis toujours refusée à faire plus d’1h00 de voiture pour chercher l’appro en nourriture … De ce fait, nous nous sommes toujours adapté à ce que nous trouvions sur place dans les pays où nous vivions. En Pologne, c’était donc 80% du temps sans viande !

    Et voilà qu’à 5 mn à pied de chez nous, se situe le Diplomate, la meilleure boucherie de Varsovie (et le seul endroit de Pologne où on peut trouver des merguez !). En fait, c’est un ancien diplomate Algérien qui s’est reconverti en boucher à Varsovie. Et en plus, il parle français …trop génial… Je ne galère plus à me souvenir de la traduction de « agneau » que je confonds souvent avec « mouton » (et à manger, ce n’est pas pareil !! )

    Bref, je suis revenue avec de charmantes côtelettes d’agneau, du poulet fermier superbe … Pour la viande rouge, je n’ai su que choisir : Marco y retournera Samedi matin.

    J’adore cette boucherie, on se croirait à Barbes ou à Dubaï…Tout le monde parle français ou arabe. J’ai croisé des Algériens, des Marocains, des Tunisiens, des Libanais …Et comme je sais dire les mots de salutations en arabe, c’est cool et je fais déjà partie de la tribu !

    J’ai commandé les merguez que je récupère demain ! Et mes gars vont manger de l’agneau ce soir.

  2. Finalement, le kale est parvenu jusqu’à la banlieue parisienne, dans mon biocoop. Il est aussi appelé CHOUX KALE…
    A mon avis, celles qu’il en demande doivent être des adeptes de Jason, d’où à mon avis l’appellation CHOUX KALE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.