Baptiste et le foot

Chaque année, un tournoi de foot est organisé à l’école primaire. Les deux précédentes années, Baptiste était fort mécontent car il était dans les équipes qui ont terminées en fin de classement.
Cette année, en partant, il m’a dit : « j’espère que cette année, mon équipe gagnera et qu’on aura la première place ».

Il est parti avec son regard déterminé ….et est revenu avec sa médaille! Son équipe a gagné et Baptiste a joué en utilisant ses fameux tacles ((Baptiste est un expert du tacle glissé. D’après Marco, il les exécute parfaitement d’un point de vue technique)).

IMG00063-20140510-1633

Les dictées, c’est rigolo !

Qui pense que les dictées sont un calvaire ?
Pas Baptiste! Jeudi dernier, je lui ai proposé de lui faire réviser sa dictée pour le lendemain. Il a dit oui et s’est muni d’une grande feuille ((ce qui m’a étonnée. Je me suis demandée pourquoi il prenait une feuille A3 …Mais bon, je n’ai pas posé de question pour ne pas le déconcentrer)).

J’ai dicté les mots à réviser tout en épluchant des légumes. Je n’ai donc pas pu voir ce que faisait Baptiste . Lorsque j’ai eu terminé, il m’a demandé de lui laisser cinq minutes pour la relecture car il « n’avait pas fini de dessiner ».
Je me suis vraiment demandée ce qu’il fabriquait …

Tadaaaaam :

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

J’ai vraiment trouvé intéressant de voir comment il visualisait les mots; du coup, je partage avec vous
Pour le mot SOU, il a dessiné une pièce de 1 euro. J’ai rigolé en observant sa visualisation de « empêcher » ou « conseil ».
Il s’est aussi amusé à écrire DICTÉE avec des lettres vivantes : le D représente une tête de rhinocéros, un trou noir flotte au dessus du I, un petit bonhomme escalade le T etc …

Bref, avec Baptiste, les dictées, c’est rigolo!

Techniques de drague, exposé et végétarisme

Quel rapport entre les trois éléments du titre?
Aucun! Si ce n’est qu’ils ont un lien avec les bons mots de mes garçons de cette semaine.

Dimanche dernier, il faisait beau et nous avons fait une ballade en vélo. De passage à Wilanow, nous nous sommes achetés des glaces et alors que je m’éloignais des garçons, une femme s’est approchée de Marco et lui a posé une question.
Tristan a observé la scène puis , mort de rire, est venu me dire : « Elle voulait savoir dans quelle langue on parlait et pensait avoir identifié le français. [petit regard rieur] Super technique de drague, hein Maman? »
J’ai failli tomber de mon vélo et me suis demandée si je ne devais pas renommer cette rubrique « mot d’ados »!

Plus tard, dans la semaine, Baptiste avait un exposé à faire et était angoissé (parler en public, ce n’est pas son truc). Je lui ai demandé s’il voulait que je lui fasse l’exposé pour lui montrer comment faire. Il a dit « OK mais tu ne fais pas en mode TOI. »
Moi, un peu vexée : « euh ça veut dire quoi ‘mode Maman’. »
Bapt : « Ben c’est comme tu fais tout le temps . Moi je ne sais pas faire ‘mode toi’ »
Moi : « bon OK…Alors je te fais l’exposé en ‘mode timide, j’ai peur de parler en public’, OK? »
Baptiste  : « OK »!
Je l’ai tellement fait rire en ‘mode timide’ que ca l’a détendu.
Du coup, Baptiste s’est entrainé deux fois à la maison pour son exposé et l’a présenté à la classe en mode ‘normal’.
Il a eu 20/20 et surtout n’a pas eu mal au ventre en parlant devant tout le monde!!
Bref, une grande victoire personnelle pour Baptiste.

Ce matin, Baptiste lisait son Astrapi nouvellement arrivé dans la boite aux lettres.
Normalement, aucun de mes enfants n’ose me reveiller le Samedi matin …mais là, il y avait une blague tellement bien que Bapt n’a pas résisté et a déboulé de bon matin au pied mon lit en disant : « tu sais c’est quoi le fruit le plus végétarien ».
Moi, endormie : « euh…je réfléchis…attend, je branche mon cerveau »
Quelques secondes
Moi: « bon … langue au chat! »
Baptiste, plié de rire : « la pastèque »
Puis encore plus hilare, il ajoute: « il faut absolument que je la raconte à Giusep ((c’est mon amie intégriste du végétarisme macrobiotique »)) »
Bref, c’était un réveil fort hilarant !

Baptiste en classe verte (1/2)

Voici leBArtek, l eplus vieux chêne d'Europe récit de la classe verte de Baptiste, copié de ses comptes rendus journaliers (sans modifications de ma part, sauf pour l’orthographe).

LUNDI : le départ pour la classe verte

On a commencé par faire un long trajet en bus. Au bout d’un moment, on a fait une pause pour manger, puis on a repris le bus et on est allé voir le plus vieux chêne de Pologne.
Il est tenu par des barres de fer et il a été foudroyé trois fois.
A la fin du troisième trajet, on est arrivé à l’hôtel.

On s’est installé dans la chambre puis on a visité le lac. Un peu plus tard, on a fait du foot prés du lac mais il a commencé à pleuvoir alors on est rentré.
A l’hôtel, le soir, on a un peu joué à un jeu de cartes. Après, on s’est couché.

MARDI : La découverte

On s’est levé très tôt. On a visité le musée des cristales Minéraux. On a vu un géant ((notez chez lecteur, comme Bapt inverse encore l’ajectif et le nom, à l’anglaise !)) minéral et quelques minérales. Y’en a de toutes les couleurs : rouge, vert, bleu, blanc … Puis, on est allé dans deux réserves naturelles. C’était super!

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

On est allé en haut d’une montage et on a vu des grottes. Y’en avait plein.
Longtemps après, on est allé au cheval et on a fait un tour en calèche puis on a fait du cheval et le jeu de la balle brulée.

On a fait du foot prés du lac puis on a fait le barbecue.
On s’est ensuite douché puis on a fait une grosse rigolade ((je ne sais pas pourquoi, Baptiste avait barré cette phrase))

Petit piaf prend son envol

Prêt pour son envol hors du nid familial !Notre petit piaf va s’envoler du nid : une semaine sans ses parents ou quelqu’un de sa famille.
Baptiste prend le bus ce matin à 8h00 pour aller en classe verte avec ses petits camarades de CE2.

Il est ravi! Ils vont du côté de Kielce pour visiter des ruines archéologiques, dont le plus vieux four d’Europe.
Ils vont également voir le plus vieux chêne de Pologne, vivre comme les hommes préhistoriques pendant une demi-journée, visiter une mine, un musée de minéraux où ils auront le droit de toucher les choses exposées, etc…

Nous avons fait sa valise. Il a pris un peu de lavande fine (son ancrage olfactif « sécurité ») au cas où il ait du mal à s’endormir le soir. ….Il a refusé de prendre doudou car il ne veut pas qu’on se moque de lui! J’ai beau lui répéter que tous les autres enfants vont prendre leur doudou : il ne veut rien savoir!

Bref, nous voilà en train de vivre un véritable rituel de transition : le moment où le petit dernier quitte le cocon familial pour vivre avec ses copains pendant une semaine.

A suivre, Vendredi prochain, pour les impressions de Baptiste à son retour de classe verte!

Baptiste le mosaïste

Le tableau de Baptiste pour son professeur de CE2La semaine dernière, Baptiste est rentré de l’école en me disant, que son maître avait dit que la classe allait faire une mosaïque en papier. Baptiste a dit que la mosaïque en carreaux était beaucoup mieux mais son enseignant lui a répondu que c’était beaucoup trop difficile.

De retour à la maison, Bapt m’a raconté cette histoire et m’a demandé à sortir mon matériel de mosaïste ((pour ceux qui l’ignorent, j’ai pris de cours de mosaïque pendant 4 ans, entre 1999 et 2004), le Samedi matin, pour me détendre à l’époque où je bossais plus de 60 heures par semaine)) pour réaliser une œuvre et montrer à son maître que c’était fastoche !

Par chance pour Baptiste, ma lubie « mosaïque » date de l’époque où je faisais beaucoup de stock ((attitude qui a bien changé : désormais mon objectif = zéro stock)). J’avais hésité, l’an dernier à donner tout mon matériel à une mosaïste de Varsovie et puis je ne l’ai pas fait car j’avais un projet en tête que je voulais réaliser (une table « jeu d’échecs »).
J’ai donc pu proposer à Baptiste de lui donner une planche et du matériel.
Ravi, il a dit oui… Et j’ai sorti une dizaine de livres sur la mosaïque, mes pinces professionnelles… et j’ai amené Baptiste voir mon stock de carreaux.

Vous auriez dû voir sa tête : ses grands yeux noirs se sont écarquillés, ses petits sourcils en accent circonflexe se sont soulevés, il a eu cette petite moue typique qui traduit chez lui une émotion forte. Il hésitait entre émerveillement, enthousiasme et incrédulité.
Puis, lorsqu’il a eu retrouvé l’usage de la parole, il m’a demandé comment je pouvais avoir un trésor aussi extraordinaire. Il est resté un moment à toucher les carreaux, à les faire tinter, un peu comme Don Salustre avec ses louis d’or dans la Folie des Grandeurs.
J’avais l’impression d’être la maman la plus géniale du monde : celle qui recèle le plus beau trésor dont un enfant puisse rêver.
Joli moment. 🙂

Baptiste a choisi ses carreaux trésors et je lui ai appris à fabriquer une tesselle ((tesselle = Petit morceau de marbre, de pierre, de pâte de verre ou de céramique, matériau de base d’une mosaïque murale ou de pavement.)) en coupant des émaux de briare.

Il a très vite compris le truc et, le temps que j’aille voir Tristan qui faisait ses devoirs, Baptiste avait avancé l’œuvre à une vitesse incroyable.
Je n’avais même pas le temps de lui expliquer des détails techniques tant il allait vite.
Comme à son habitude, lorsque quelque chose le passionne, il s’est levé plus tôt pour travailler sur sa mosaïque tous les matins avant de partir à l’école. Il voulait apporter l’œuvre à l’école dès le Lundi matin.

Évidemment, le lundi matin, il a apporté son premier tableau en mosaïque terminé à l’école. Lorsque je suis allée le chercher, il avait à nouveau sa petite moue caractéristique et m’a dit, ravi : « Olivier ((c’est son maitre)) a dit que j’avais un A ((Bapt adore avoir des A)) en mosaïque et que Mercredi, pour le cours de mosaïque, il ferait autre chose et que c’est moi qui expliquerai aux autres enfants comment on fait ((au passage, j’apprécie beaucoup la compétence de cet enseignant qui sait très bien que Baptiste a du mal à s’exprimer face à la classe et qui saute sur l’occasion pour le mettre dans une situation où il peut gagner en confiance en lui en expression orale face à un groupe)).
Puis Baptiste a décidé qu’il allait aussi réaliser une petite mosaïque pour l’offrir à son maître de CE2. Il a réfléchi longuement et a fini par choisir une épée et un écusson. Lundi après-midi et Mardi après-midi, il a donc réalisé son mini-tableau que vous pouvez voir en photo ci-contre.

Il l’offrira ce matin à son prof !

Je suis ravie que Baptiste ait remis la mosaïque au goût du jour dans notre famille. En plus, c’est une activité très intéressante pour un enfant car il doit mobiliser attention, concentration sur une période assez longue et précision ((Nathalie, j’ai pensé à Léo pour laquelle cette activité pourrait être très profitable ! En plus, je suppose que tu as encore tout ton matériel de mosaïste ?)).

A venir la photo du premier tableau en mosaïque que je n’ai pas eu le temps de prendre en photo avant qu’il ne parte à l’école !

Pour ceux qui ont la chance d’habiter la région parisienne, je vous rappelle l’adresse du site de Lelly, la talentueuse mosaïste avec qui j’ai eu la chance prendre des cours.