Dernier week-end à Varsovie

Et voilà, c’est le dernier week-end à Varsovie pour Marco ! Et sans doute l’un des derniers billets dans la rubrique « vie d’expat ».
Samedi prochain à 4h00 du matin, il prendra la route , en voiture, pour rentrer définitivement en France après 11 ans passés à l’étranger.
Bon ceci dit, il reprendra un avion dés le Lundi suivant pour un déplacement professionnel 😉

Alors pour fêter le dernier week-end, un petit barbecue !

2016-Algierska-BBQ

Les travaux ou le lâcher prise total

Je vous en ai parlé dans mon dernier billet : les travaux sont lancés sur notre appartement de la région parisienne. Je dis parfois en rigolant que cet appartement est mon 3ème bébé : je l’ai cherché plus de 3 ans, nous en avons attendu la construction presque 2 ans (voir plus…); j’ai conçu l’intérieur et dessiné chaque cloison.
A peine, l’avons nous habité que nous sommes partis vivre en Inde.

Autant dire que c’est une grande joie de réinvestir ces murs. Au début, j’étais un peu nerveuse car je devais faire confiance à l’entreprise pour avoir terminé les travaux pour le 25 Juin. Et puis, malgré le retard et les vices cachés qui surgissent tous les jours, je reste zen.

Aux dernières nouvelles, les cloisons des salles de bain n’étaient pas étanches. Le chantier a pris 2 semaines de retard et de nouvelles cloisons ont été érigées :

2016-sdbCloison 2016-sdb-cloison

 

 

 

 

 

 

 

 

2016-sdb-nichesJe suis passée la semaine dernière sur le chantier et les niches étaient en cours de construction. Il y avait un problème d’alignement que j’ai fait corriger.

 

 

 

 

 

2016-travaux-sdb-carrelageLe carrelage est arrivé hier; il est en cours de pause.
En voyant le chantier, on se demande vraiment comment l’appart sera habitable dans un mois !

 

Le plus drôle, c’est que je ne suis même pas stressée ! C’est là que je mesure tout ce que j’ai pu apprendre et intégrer en 11 ans d’expatriation. J’ai vécu des évènements tellement improbables que cette histoire de chantier ne m’inquiète pas plus que ça. Pas terminé dans les temps ? … Y’a vraiment des trucs plus graves dans la vie !
Inch Allah ou mauvais karma 😉

 

 

Les travaux, c’est parti !

Le gros avantage du retour en France, c’est que nous serons chez nous (je veux dire dans notre appartement). Nous pourrons donc faire ce que nous voulons et peindre les murs comme il nous chante. Nous avons donc décidé de faire quelques travaux avant de rentrer. J’ai comme l’intuition que je suis repartie pour une série d’aventures rocamblesques.

Je passe sur le détail du casting, à distance, d’entreprise générale de rénovation … Un bel exercice de lâcher prise pour moi !

Aujourd’hui, je voulais juste exprimer le grand moment de solitude que j’ai eu lorsqu’un expert, mandaté pour inspecter un problème de dégat des eaux dans le salon, m’a expliqué, au téléphone, que les isolants entre les terrasses et l’intérieur étaient des isolants de type « air » et non de type « eau » et qu’il fallait tout refaire sous peine d’avoir des infiltrations à répétition. Et d’ajouter : « je ne comprends pas qu’un immeuble ait pû être livré avec de telles malfaçons! »

Puis le lendemain, j’ai eu un nouveau moment de solitude lorsque l’artisan entrepreneur m’a envoyé un mail avec un devis complémentaire car, suite à la dépose des carrelages dans les salles de bain, il s’est aperçu que les murs étaient en train de tomber en poussières; en effet les cloisons des salles de bain, notamment derrière la douche étaient des cloisons en placoplatres normales et non en matériaux hydrofuges !
Bref, il faut tout casser et remonter une cloison…

Voilà la tête des deux salles de bain ce soir :

Resized_20160509_154448La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont balayé et qu’ils ont l’air de travailler proprement !

Ps  pour Nelly : j’ai bien peur que la salle de bain ne soit pas prête pour mon passage à Paris, Jeudi prochain !!

La vie au parc

J’ai plusieurs fois exprimé dans les commentaires de ce blog que notre déménagement à Saska avait changé les après-midi de mes garçons.
Je vous propose aujourd’hui, un reportage au parc. Les photos ont été prises hier.

Lorsque nous sortons de la petit impasse où nous habitons, tout de suite à gauche, se situe une route peu passante.

2014-saska-Parc

De l’autre côté, c’est l’accès aux grands espaces où l’imaginaire des enfants peut s’exprimer pleinement!

2014-Saska-Parc2Ce terrain devient alors propice à plusieurs jeux :  le roi de la colline, la construction des cabanes, l’escalade dans les arbres, les combats de gentlemen, gendarme-voleur, etc….

Dans le roi de la colline, le gagnant est celui qui reste en haut de la colline sans avoir été projeté en bas par les autres (attention, il faut des vêtements spéciaux sous peine de devoir détacher les traces d’herbe pendant des heures!) :

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Je vous laisse imaginer le potentiel que représente cette colline pour les jeux d’hiver, notamment la luge.

Lorsque le roi de la colline devient trop ennuyeux, les combats de gentlemen démarrent (avec,notez-le, une gentlewoman qui ne donne pas sa part au chat et qui n’a rien de « gentle » !).
Tristan se transforme alors en vieux mage alchimiste que doivent combattre les plus jeunes.

cliquez pour agrandir

cliquez pour agrandir

Et les jeux durent ainsi des après-midi entier pour le plus grand bonheur de tous… Même les parents sont ravis car ils n’ont jamais vu leurs enfants faire leurs devoirs aussi vite.

Hier, il manquait trois compères dans l’aventure : Adèle, l’amie de CM2 de Mathilde et Baptiste, et Alexis et Mathieu, les amis de 4eme de Tristan.

Petit piaf prend son envol

Prêt pour son envol hors du nid familial !Notre petit piaf va s’envoler du nid : une semaine sans ses parents ou quelqu’un de sa famille.
Baptiste prend le bus ce matin à 8h00 pour aller en classe verte avec ses petits camarades de CE2.

Il est ravi! Ils vont du côté de Kielce pour visiter des ruines archéologiques, dont le plus vieux four d’Europe.
Ils vont également voir le plus vieux chêne de Pologne, vivre comme les hommes préhistoriques pendant une demi-journée, visiter une mine, un musée de minéraux où ils auront le droit de toucher les choses exposées, etc…

Nous avons fait sa valise. Il a pris un peu de lavande fine (son ancrage olfactif « sécurité ») au cas où il ait du mal à s’endormir le soir. ….Il a refusé de prendre doudou car il ne veut pas qu’on se moque de lui! J’ai beau lui répéter que tous les autres enfants vont prendre leur doudou : il ne veut rien savoir!

Bref, nous voilà en train de vivre un véritable rituel de transition : le moment où le petit dernier quitte le cocon familial pour vivre avec ses copains pendant une semaine.

A suivre, Vendredi prochain, pour les impressions de Baptiste à son retour de classe verte!

Mon coiffeur et mes cheveux

Lorsqu’on est expat, trouver un bon coiffeur dans un nouveau pays est une des pires difficultés : les us et coutumes sont différents ainsi que les standards esthétiques. L’expérience est toujours hasardeuse et souvent décevante.
Personnellement, j’ai fait le deuil du coiffeur sur mon lieu de vie depuis l’Inde et le massacre de ma tête par une indienne bien intentionnée : plus personne ne touche mes cheveux hors de France (sauf éventuellement pour poser un henné).

Si ça ne tenait qu’à moi, je me raserai la tête et je garderai une coupe style GI qu’on peut entretenir à le tondeuse. Personnellement, je trouve cela très pratique (et joli ). J’ai déjà évoqué cette idée face aux garçons : Marco a failli avoir une attaque et Baptiste, outré, a déclaré : « Mais ça va pas la tête? Une Maman, ça doit avoir des cheveux longs sinon c’est pas une Maman ».1  Allez savoir d’où il nous sort cette règle! Quant à Tristan, il a hurlé : « aaaahhhh, ca serait hoooorrrrriiiiiiible ! C’est beau les cheveux longs ».
J’ai donc abandonné l’idée de la coupe GI et  j’attends patiemment mon retour annuel à Saint-Raphaël pour avoir une coupe de cheveux et entretenir mes longs cheveux.2

Il y a environ un an, je n’avais pas pu voir mon coiffeur favori raphaëllois qui a l’insigne honneur de me couper les cheveux depuis presque 6 ans ! 😉
Il était en arrêt maladie. On m’avait proposé son remplaçant, j’avais fidèlement refusé !
Cet été, j’ai appelé mon coiffeur : il était toujours en arrêt maladie ! Inquiète pour lui, je suis passée au salon pour prendre de ses nouvelles. Il avait eu un gros accident de VTT et était frappé d’invalidité sur l’un de ses bras. Le pauvre, j’ai eu un choc car c’est un garçon sportif et dynamique!

J’ai appelé le salon avant chacun de mes passages à St Raphaël. À Noël, l’associé du salon, que je connais également puisqu’il coupe les cheveux de mes garçons, m’avait dit qu’il risquait de ne plus revenir. En désespoir de cause, j’avais accepté que la remplaçante touche à mes cheveux : j’ai eu du mal à me remettre du résultat qui était juste atroce et pas du tout en adéquation avec ma personnalité !

Ce matin, j’ai appelé le salon pour voir si mon coiffeur favori allait mieux et était revenu… Et là, miracle, j’identifie la voix de l’associé, qui me reconnaît également, je demande des nouvelles de mon coiffeur et j’apprends qu’il a repris partiellement le travail.
J’étais ravie pour lui car c’est un gars passionné par ce qu’il fait : je me doute que son travail a du lui sacrément lui manquer.
Mes cheveux aussi étaient super contents de savoir qu’ils vont le retrouver !

Après un an, je vais enfin avoir une coupe qui me plaît… J’ai hâte.
Comme vous pouvez le voir, j’ai une fidélité à mon coiffeur qui est étonnante.

  1. avis aux Mamans lectrices.. Je me demande ce que vous êtes si vous avez des cheveux courts ?! []
  2. Quoiqu’un jour, je passerai à la coupe GI mais j’attends que les garçons soient plus grands pour ne pas les traumatiser! []